Abbaye de St-Roman

Description

Seul monastère troglodytique d'Europe. - Du 1er Avril au 30 juin 2014 : de 10h à 13h et 14h à 18h30 (fermé tout le lundi et le mardi matin. À Beaucaire, Ville d'Art et d'Histoire, des ermites puis des moines creusèrent dans le calcaire cet ancien monastère troglodytique qu'ils occupèrent pendant près de 1000 ans. Une belle promenade dans la garrigue sur une colline au-dessus du Rhône qui offre un magnifique panorama sur la Provence et les vestiges d'un monument ancien et original. Saint-Roman se visite seul à son rythme ou avec un guide pour les groupes d'au moins 20 personnes sur réservation. Les horaires d'ouverture sont adaptés aux saisons. Historique et description de l’abbaye Dernières collines de la basse vallée du Rhône sur la rive droite du fleuve, le massif de l’Aiguille a été occupé dès la préhistoire par des tribus de chasseurs qui utilisaient les nombreuses grottes et fissures que l’on trouve dans ces massifs calcaires. A la fin du Ve siècle sans doute, des ermites s’installent sur la colline de l’Aiguille et celle de St-Roman,. Les moines vont agrandir petit à petit les cavités naturelles pour y installer une chapelle, des cellules et des salles communes. A une époque inconnue, mais sans doute vers le VIIe siècle, cette communauté d’ermites qui vivait un style de vie monastique oriental dans la lignée des Pères du Désert, adopte la règle de St-Benoît et devient abbaye bénédictine. La grande originalité du site est son caractère troglodytique. Un tel établissement monastique creusé dans le rocher fait indéniablement penser aux monastères orientaux de Capadocce, du Moyen-Orient et d’Egypte. Bien qu’ en plus mauvais état de conservation que certains monastères orientaux dans lesquels on trouve encore des fresques, la similitude du style de vie des moines, au moins dans les premiers temps, est frappante. Passée sous la tutelle de la puissante abbaye de Psalmody, située près d’Aigues-Mortes, St-Roman demeure un prieuré dont le pèlerinage sur des reliques de saint -Roman et saint Trophime est très important. Du fait de son ancienneté et de son prestige, des privilèges honorifiques témoigneront de la haute valeur du lieu malgré sa subordination. Au XIVe siècle, l’abbaye est fortifiée puis un studium, collège d’adolescents, est installé par le pape d’Avignon Urbain V pour y dispenser une instruction à des jeunes gens, pauvres ou riches, doués pour les études. Après cette période courte, l’abbaye va peu à peu décliner. Saint-Roman n’est pas un monastère bati. Des construction monastiques ont existé à partir de l’époque romane, mais le château s’installa à leur emplacement, détruisant ou modifiant ces bâtiments dans le sens d’une occupation plus civile. Si la campagne de fortifications du XIVe siècle a considérablement modifié l’aspect du rocher en taillant ses parois à la verticale, des éléments troglodytiques important susistent : - La chapelle de plus de 100 m2 avec sa voute de coeur romane et son siège du prieur taillé dans le rocher à la même époque. - les cellules qui accueillaient les premiers moines avant qu’ils ne prissent à une époque inconnue l’habitude de dormir en dortoirs suivant l’habitude bénédictine. Ils escaladaient le rocher ou empruntaient des échelles pour se glisser dans ces petites pièces par d’étroites ouvertures. Le grand intérêt de la vie troglodytique est de profiter de la constance termique qui règne sous terre et permet de conserver, avec le minimum d’échanges avec l’extérieur, une température de 14 à 16° toute l’année. La plupart de ces cellules ont été réaffectées à des usages divers au moyen-âge : pressoir et silos à céréales en particulier. En 1538, Psalmody se sécularise en collège de chanoines installé dans Aigues-Mortes. St-Roman est vendue à un particulier qui achève de la fortifier et remplace certaines constructions monastiques de la terrasse par un petit château. Transmis dans plusieurs familles de la région, le château de St-Roman finit par être démantelé dans la première moitié du XIXe s. par un de ses derniers propriétaires qui en vend toutes les pierres. Resté longtemps à l’abandon, la Société d’Histoire et d’Archéologie de Beaucaire entreprend, à partir des années 60, des fouilles sur le site et son déblaiement. La connaissance du site doit beaucoup à ces passionnés. La commune de Beaucaire devenue propriétaire en 1988 obtient le classement Monument Historique en 1991, ce qui permettra d’entamer des travaux de consolidation et de mise en sécurité.

Contact & informations

Position: 43.8355558062 , 4.61132268906

Carte

Fermer Copiez puis collez ce lien à l'endroit désiré ex. blog, Facebook, forum, page HTML, courriel, etc.
URL: