Caves du Palais St-Firmin

Description

POSITION APPROX* Après de nombreux travaux de restauration, les caves du Palais Saint Firmin ont été ouvertes au public en 1999. Situées dans le village de Gordes, elles ont été aménagées sous une grande maison dite « Palais Saint Firmin » et sont composées de différentes salles troglodytes avec escaliers souterrains, citernes, ancien moulin à huile seigneurial… Les travaux d’aménagement de ces caves n’ont jamais réellement cessé depuis leur découverte en 1961. Aujourd’hui, monsieur et madame Morand vous proposent de venir découvrir l’évolution, l’histoire et l’architecture de ces caves par le biais d’un documentaire, nouvelle animation culturelle des caves du Palais Saint Firmin. Les fouilles ont entrainé la découverte de nombreux objets. Ces objets proviennent des différentes maisons qui ont existé sous le palais Saint Firmin. Nous pouvons ainsi supposer qu’une cordonnerie, une pharmacie, des cafés… se sont succédé au cours des siècles. Ces témoins de l’histoire de ce lieu sont exposés à la fin de la visite, dans un nouvel espace qui leur est consacré. UN SITE CACHÉ SOUS LA ROCHE Les « villages citadelles » comme Gordes sont un véritable défi à la nature. En effet, pour faire face au manque d’espace au sol, les maisons intra-muros s’entassent et mettent en place une vie souterraine. Si les hommes vivaient en surface, l’industrie et l’artisanat en revanche se sont développés sous terre. Il existe à Gordes un gigantesque réseau souterrain souvent plus impressionnant que les maisons qui l’abritent. Actuellement, cet envers du décor, enseveli sous les remblais, n’est pas visible. Enfin presque, puisque après plus de quarante ans de travaux de déblaiement, les touristes peuvent aujourd’hui découvrir une partie de ce monde souterrain. Sous le Palais Saint Firmin, une grande maison de la Renaissance, existe un réseau de caves. Depuis 1999 il est possible de visiter la partie la plus représentative de l’intensité de cette activité souterraine. Ce réseau de moulins à huile, citernes, canalisations, est inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, et offre l’occasion de s’immerger dans la vie troglodytique de Gordes. LES CAVES COMME RUELLES SOUTERRAINES L’emplacement des caves, proche de l’église et du belvédère, témoigne de l’ampleur des contrastes architecturaux de Gordes. Etagé sur sept niveaux et près de 20 m de dénivellation, cet ensemble extraordinaire compte une cinquantaine de caves, dont certaines sont reliées entre elles par des couloirs, des escaliers ; d’autres débouchent à l’air libre. On y trouve des moulins à huile, des citernes, un magnifique four à pain et diverses salles servant d’entrepôt: tout un patrimoine relatif à l’ancienne vie artisanale du village. La découverte de ces caves apparait comme un passage important, aujourd’hui on dirait incontournable, pour tous ceux qui veulent s’imprégner de l’univers souterrain de Gordes. LES CAVES COMME LIEU SEMI-TROGLODYTE Les trois niveaux que l’on visite sont représentatifs des structures creusées sous les maisons du village de Gordes et illustrent l’habileté des constructeurs dans un environnement naturel particulièrement difficile. Les caves du Palais Saint Firmin sont un exemple remarquable de semi-troglodytisme, notamment par l’harmonie entre des constructions de pierre et la roche creusée par l’homme. Ce qui transparaît de ce système de construction est la richesse des styles : les caves, d’abord anciennes carrières probablement, ont été aménagées entre le XIe siècle et le XVIIIe siècle et des structures romanes importantes s’y voient encore. Les structures supérieures enchevêtrées ainsi que les voûtes permettent de repérer les époques. Au sol, les rigoles et les cuves sont creusées à même la roche. LES CAVES COMME LIEU D’HISTOIRE ET D’ARCHITECTURE Au XVIe siècle, durant les guerres vaudoises, la ville a été épargnée et quelques-uns trouvèrent refuge au sein des caves. Le baron de Gordes déclare qu’ « il y a au dit lieu de Gordes deux hommes qui font ordinairement de la poudre à canon et un serrurier qui ne fait que rhabiller arquebuses, et se doute bien que ce sont ces gens là ». La majeure partie de ce lieu souterrain a abrité un très grand moulin à huile d’olive qui a probablement fonctionné jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Sous la Révolution, le propriétaire de l’époque, président de la chambre apostolique du Comtat Venaissin, François Marie de Gaudin de Lancier, prévenu in extremis de l’arrivée d’hommes armés, put quitter sa demeure grâce à ce réseau souterrain. Plus près de nous, le déblaiement de certains niveaux atteste leur utilisation pendant la guerre. De 1960 à 2000, quarante ans de travaux de déblaiement, à vrai dire non encore terminés, se sont avérés nécessaires afin d’ouvrir le lieu au public et d’y faire découvrir son activité passée.

Contact & informations

Position: 43.9111030216 , 5.19972801208

Carte

Fermer Copiez puis collez ce lien à l'endroit désiré ex. blog, Facebook, forum, page HTML, courriel, etc.
URL: